L’école d’hiver « Encoder, exploiter, diffuser »

Logo de l'école d'hiver EnExDi.

Au début de mon stage, j’ai eu l’occasion de participer à l’école d’hiver « EnExDi : Les humanités numériques dans les projets de recherche » à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers, du 10 au 14 février 2020. À l’aide de l’équipe ABCDH, on a pu travailler sur les aspects humanités numériques de nos projets de recherche pendant cinq jours, une expérience très riche et instructive.

De mon côté j’ai notamment travaillé sur la cartographie numérique avec Dr Giovanni Pietro Vitali. Dans ce billet je vais résumer les manipulations que j’ai maîtrisé grâce à lui et je vais montrer les résultats de mes travaux pendant cette semaine.

Géoréférencer une carte

L’application en ligne Map Warper est un outil libre et « open source » pour la géorectification de cartes et pour le géoréférencement d’images, c’est-à-dire pour les déformer ou les étirer pour qu’elles correspondent aux coordonnées de la carte du monde réel.

J’ai choisi une carte de Jacques-Nicolas Bellin (1703-1772) datant de 1757 qui est librement disponible sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Dressé au Dépot des Cartes, Plans et Journaux de la Marine pour le Service des Vaisseaux du Roy Par Ordre de M. De Moras, Controlleur General des Finances Secrétaire d’État Ministaire de la Marine, elle est la Seconde Edition de 1757 d’une carte réduite du golfe de Gascogne. Cette carte montre les résultats des sondes faites pendant la campagne hydrographique du Sieur de Perigny entre 1750 et 1751 sur le long des côtes de France et d’Espagne.

Carte réduite du golfe de Gascogne par Mr Bellin (1757). Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b77112582.

Pour géoréférencer une image d’une carte sur Map Warper, il faut d’abord l’importer sur le site. Le géoréférencement consiste à « rectifier » l’image : définir simultanément des points notables sur l’image de la carte (gauche) et les points correspondants sur une carte OpenStreetMap actuelle (droit).

Une fois que l’image de la carte importée est géoréférencée, on peut la superposer sur la carte OpenStreetMap pour la vérifier, et ensuite faire des éventuelles modifications.

L’image géoréférencée peut être téléchargée sous plusieurs formats, dont le format « Tiles (Google/OSM scheme) » est celui qui est nécessaire pour le prochain étape dans cette histoire.

Cartographier des données

Des extraits du recueil de sonde du Sieur de Perigny, qui sont affichés sur la carte choisie, sont disponibles aux Archives Nationales (MAR/3JJ/94, dossier 4). J’ai transcrit l’ensemble des données brutes dans ce dossier dans une base de données, y compris la profondeur de l’eau à chaque sonde et les coordonnées géographiques observées à ces points-là. J’ai dû convertir les coordonnées relatives au méridien de Paris dans le repère de celui de Greenwich et convertir le format degrés, minutes, secondes au format décimal.

J’ai importé cette base de données sur Carto, et j’ai réglé les paramètres pour que chaque point représente une sonde, selon les coordonnées indiquées dans les archives. La couleur du point représente la profondeur de l’eau (le plus foncé étant le plus profond).

La dernière étape était d’importer la carte géoréférencée dans Carto, et d’afficher les points dessus. J’ai réglé les paramètres pour que quand on met le curseur sur un point, le profondeur de l’eau et le nature du fond à ce point-là, selon les archives, soient affichés.

Voilà !

Le projet « De la sonde à la carte »

Ce carnet de recherches rend compte de l’avancée de mes recherches dans le cadre de mon stage et actuel mémoire de Master, intitulé « De la sonde à la carte : quelle chaîne de production des savoirs hydrographiques aux XVIIe-XVIIIe siècles ? Au golfe de Gascogne et au golfe du Saint-Laurent. »

Je fais ces recherches dans le cadre d’un stage de six mois (de février à juillet 2020) sous la direction de Professeur Thierry Sauzeau du Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’Art et musicologie (Criham, EA 4270) à l’Université de Poitiers et financé par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) dans le cadre du programme régionale La Nouvelle Aquitaine et les Outre-mers (NAOM). Je travaille aussi en collaboration avec Nathan Godet, doctorant travaillant sur les 300 ans d’histoire du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (Shom).

Mon projet consiste à définir un modèle de la chaîne de production de savoirs hydrographiques et cartographiques aux XVIIe et XVIIIe siècles et à analyser l’épistémologie des techniques de recueil et de traitement des données utilisées. Je travaille à partir de sources d’archives pour alimenter une base de données relationnelle détaillant l’évolution de ces techniques et les résultats obtenus. J’utiliserai des outils en humanités numériques pour visualiser et donc mieux comprendre les données de cette base de données, ainsi que pour créer des représentations accessibles et visuelles de mes résultats. Je vais également établir une ontologie pour décrire en détail la chaîne de production de savoirs.

J’utiliserai ce carnet pour garder une trace de mes travaux, mes recherches, mes pensées et mes activités en ce qui concerne ce projet de stage et mémoire de Master.